Bienvenue sur le site de l’asbl Dora dorës !
Dora dorës dans la presse

Le rêve d’une grande maison interculturelle - Le Jour HW - 17 mai 2013

Une interview de la coordinatrice de l’asbl, par Frédéric Renson pour Le Jour HW
HUY - Arrivée à 32 ans de son Kosovo en guerre, Hamide Canolli tire un bilan satisfaisant de l’action de Dora dorës à Huy en dix années.

Hamide Canolli, qu’est-ce qui vous a poussée à créer Dora dorës, en 2003 ?

Le Kosovo étant en guerre, je suis arrivée à Huy de ma ville de Pristina, en 1999, à l’âge de 32 ans. Même si j’y avais déjà des membres de ma famille, j’ai beaucoup souffert durant 4 ans. D’abord, je ne connaissais pas bien le français, et il y avait les démarches administratives très compliquées. Et puis, surtout, je ne retrouvais pas la femme dynamique que j’étais à Pristina où j’étais vice-présidente d’une association de femmes. J’étais bien bénévole à la Croix-Rouge de Huy, mais j’avais envie de travailler, de participer à la vie de la ville. Je me suis dit que si j’arrivais à m’intégrer, mais enfants y parviendraient aussi plus facilement. À l’époque, on sentait que les gens avaient une image très négative de la communauté albanophone.

Considérez-vous que ce regard des Hutois a changé depuis ?

Oui notamment grâce aux contacts qu’on a noués en participant régulièrement aux événements culturels de la ville. Comme Métissages. En 2008, on a fait un week-end albanais au centre culturel. Cela a été un déclic. Ses portes nous sont ouvertes et on y développe des partenariats.

Quand vous voyez ce que représente Dora dorës en 2013, cela correspond-il à vos attentes d’il y a dix ans ?

Je suis très fière du bilan. J’espérais plus ou moins cela. Mais je continue à rêver d’une grande maison pour les femmes, qui serait interculturelle avec des activités tous les jours. Comme lieu d’accueil, de passage et de formations, c’est déjà un peu ça. Mais, je continue à espérer plus.

Vous incarnez la réussite d’une intégration en travaillant notamment à temps partiel au service prévention. D’autres dames albanophones ont-elles suivi la même voie ?

(...)
La suite sur le site du Jour : http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130517_00311860