Bienvenue sur le site de l’asbl Dora dorës !
Evénements et sorties

Notes du débat sur la reconnaissance des qualifications professionnelles des migrants

Le 2 octobre dernier, dans le cadre du Ciné-club du centre culturel de Huy, à la suite du film "Monsieur Lazhar", l’asbl Dora dorës organisait un débat sur la reconnaissance des qualifications professionnelles des migrants.

Des personnes d’origine étrangères, des représentants de l’associatif et du monde politique, des habitants de Huy, ... Une quarantaine de personnes ont participé à la discussion qui s’est déroulée en 2 temps : présentation des services d’insertion professionnelle du Cripel et du Cpas de Huy, suivies des interventions de la salle : témoignages de vie, questionnements, proposition, les interventions étaient riches et sensibles, abordant les différents aspects de cette problématique complexe.

Compte-rendu par Bastien Rémans, stagiaire pour la plateforme Huy Espace Migrants !

« La reconnaissance et la valorisation des compétences des personnes étrangères ou d’origine étrangère »

- 1) Organisatrices.

Hamide Canolli et Nathalie Melis de l’asbl Dora Dorës.

- 2) Intervenants présents.

Florence Dufrane et Suheyla Destici du département insertion socioprofessionnelle du CRIPEL. Ce service propose entre autres : une collaboration avec d’autres services (ex : Le FOREM), du job-coaching pour aider à trouver un emploi, des suivis individuels des personnes et/ou des associations, des stages en entreprise ou encore une sensibilisation à la diversité auprès des entreprises.

Myriam Lizati du département insertion professionnelle du CPAS de Huy. Ce service propose entre autres, une collaboration avec d’autres services, des aides individuelles ainsi qu’un suivi dans les démarches administratives.

- 3) Autre participant.

Bastien Rémans, étudiant en 2eme Master en Ingénierie et Action Sociales à la Haute École de la Province de Liège.

- 4) Problématiques abordées.

- L’équivalence des diplômes (pour le degré secondaire et supérieur) en Belgique. (CRIPEL).

Les principales difficultés rencontrées par la population sont :

- Rassembler tous les documents demandés.
- Le coût élevé (en temps et en argent) de la procédure de régularisation.
- Rencontrer les services administratifs compétents.
- Les différences d’équivalence entre les pays (exemple : différences entre les pays européens et hors Europe).

Remarque :
La reconnaissance des diplômes peut être dans certains cas plus intéressante ailleurs en Belgique (ex : en Région Flamande).

- La réinsertion professionnelle. (CPAS).

Les principales difficultés rencontrées par la population sont les suivantes :

- La mauvaise compréhension de la langue française.
- Les demandes de régularisation prennent beaucoup de temps.
- La valorisation de l’expérience professionnelle antérieure n’est pas toujours aisée.
- La place de la femme et de la famille dans le monde du travail est à améliorer.

- 5) Questions du public.

- Comment faire avancer les choses ?
- Comment améliorer la reconnaissance des qualifications par le CPAS ?
- Faut-il exiger une bonne connaissance du français avant de pouvoir entamer un parcours professionnels ?
- Comment améliorer l’intégration des étudiants étrangers ou d’origine étrangère dans les écoles.

- 6) Propositions – Pistes de réflexion.

- Favoriser la valorisation des compétences
- Interpeller les instances politiques.
- Tirer les gens vers le haut, les encourager de manière plus poussée pour les motiver (attention à l’orientation vers le bas choisie par facilité pour orienter les élèves d’origine étrangère).
- Rencontrer des personnes du ministère compétent pour les équivalences et leur transmettre la réalité du terrain.
- Favoriser le dialogue avec l’autre.
- Attirer l’attention sur la réalité de terrain concernant les travailleurs immigrés (exploitation de la main d’oeuvre étrangère, femmes de ménage utilisées comme interprètes sans reconnaissance de leur travail, ...).
- uniformiser les études/diplômes dans les différents pays.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.